dimanche 15 avril 2018

Grève du 19 avril : SUD Appele le matin à une rencontre débat des salariés du sanitaire,social et médico-social

 

Le secteur sanitaire et social

 mis à mal :
 
Le 19 avril, grève générale : 

mobilisation 

 interprofessionnelle,


en quoi cette mobilisation 

nous concerne ?





Les personnels et les usagers du secteur sanitaire et social font le constat suivant :
  • Appauvrissement des établissements et services,
  • Désengagement de l’Etat et des collectivités
  • Privatisation des établissements et services (appel d’offres et ouverture au secteur lucratif)

  • Précarisation des personnels
  • Glissements de tâches et déqualification

  • Dégradation des conditions de travail et ses conséquences en matière de santé
  • Développement de la culture de la brutalité du management…
  • Normalisation des pratiques (remplacement des approches cliniques par des procédures…)

  • Répression syndicale
  • Ingérence policière dans nos établissements (Ordonnance Collomb)

Ces mêmes causes produisant les mêmes effets dans l’ensemble des services aux publics (SNCF, la Poste, les hôpitaux, l’éducation nationale, le secteur social et médico-social,…) on constate une baisse de la qualité de l’accompagnement et le développement de la maltraitance pour les salariés et les personnes concernées

Rencontrons-nous pour partager nos vécus de cette situation et envisager une réponse unitaire et convergente à ces agressions contre nos métiers et les bénéficiaires.

Rendez-vous le jeudi 19 avril pour un apéro-débat
à 10h00 à l’IFME
(2117 chemin du Bachas à Nîmes)

samedi 14 avril 2018

Mobilisation à l'EHPAD de Sommières à l'appel du syndicat SUD

COMMUNIQUE de Presse:

Poursuite de la Grève Reconductible à l'EHPAD de Sommières: Le personnel reste mobilisé à l'appel du syndicat SUD
Le personnel de l'EHPAD de Sommières reste mobilisé à l'appel du syndicat SUD suite à la mobilisation réussie le mercredi 11 avril sur le piquet de grève où une trentaine de salariés  de l'établissement se sont relayés  au cours de la journée malgré les assignations des personnels grévistes et la pluie.

Une délégation des personnels ont portés à nouveau leurs revendications à la Directrice de l'établissement qui doit donner ses propositions au personnel lundi 16 avril au matin lors d'une réunion en présence du Maire et des représentants du syndicat SUD.

Les salariés et leur syndicat SUD espèrent vivement que leur revendications seront entendues et qu'un protocole d'accord écrit permettra de mettre au conflit rapidement. En l'attente la grève est reconduite de manière illimitée.

 Ils restent pleinement mobilisés :
Ce samedi 14 avril le personnel s'est rendu sur le marché de Sommières pour faire signer par les usagers et la population une pétition à l'attention du Président du Conseil d'Administration etMaire de Sommières, du Président du Conseil Départemental et de la Direction de l'ARS Occitanie.
Plusieurs centaines de signatures ont déjà été récoltées, d'habitants, de familles de résidents , de médecins et d'élus municipaux.
L'action se poursuit

Ils invitent la population, les usagers, les familles à leur apporter leur soutien pour la défense de leurs conditions de travail et la qualité des soins.
 
 ci dessous tract SUD expliquant les revendications:



 
 

samedi 7 octobre 2017

LE 10 OCTOBRE, SALARIE-E-S DU PUBLIC ET DU PRIVE EN GREVE ET EN MANIFESTATION TOUTES ET TOUS ENSEMBLE

Suppressions d’emplois publics et licenciements dans le privé: chômage partout !
Le secteur public va subir à nouveau des suppressions d’emplois massives : 120 000 sur 5 ans ! Est annoncé dans les pistes du Comité d’Action Publique 2022 le non-remplacement de tous les départs en retraite, dans le but de réaliser jusqu’à 4 milliards d’euros d’économies ! 70 000 suppressions d’emplois dans le versant Territorial, 50 000 à l’Etat. Dans ce versant, les principaux contributeurs sont : Finances, Transition écologique et solidaire, Solidarités et Santé, Travail, Agriculture et alimentation, Culture, Europe et Affaires Etrangères Dans le privé, les plans sociaux s’accumulent avec des licenciements facilités par les lois Travail. Pendant ce temps, le chômage de masse se pérennise et la précarité s’accroît.
Public-Privé : des inégalités grandissantes dans les deux secteurs.
Dans le public, c’est de plus en plus de marges de manœuvre données au plan local avec la déconcentration des actes de gestion, la mobilité forcée pour mieux absorber les réformes avec toujours moins d’emplois. C’est le développement de l’arbitraire local. Le principe d’égalité de traitement des fonctionnaires est de plus en plus bafoué.

Avec la loi Travail 2, l’inversion de la hiérarchie des normes se généralise. Dans beaucoup de domaines, les accords d’entreprises priment l’accord de branche, ou même la loi. Les entreprises ont les mains libres pour négocier des accords au rabais! Solidaires rejette ces dé- rives.
Pour SUD- Solidaires, la loi est le cadre privilégié pour garantir un socle de droits sociaux pour toutes et tous, pour mettre fin au dumping social. De même, Solidaires rejette le dé- veloppement d’une politique d’accords contractuels dans le public, qui n’a d’autre but que d’abaisser le niveau d’exercice des missions et de réduire les droits des agents publics, secteur par secteur (accords de flexibilité dans l’hospitalier, PPCR …).
Une logique globale de rentabilité et de profit à court terme Le secteur public n’échappe pas à la logique de rentabilité qui pré- vaut dans le privé.
La mise en concurrence des missions de service public avec le privé est de plus en plus systématique, sous le prétexte fallacieux d’abaisser les coûts. Transfert de missions au privé et abandon de missions de service public sont déjà annoncés dans le programme « Action publique 2022», avec une chasse aux « doublons de missions». L’interface numérique est développée comme substitut à un service public basé sur le contact humain et fondé sur la proximité géographique. Un grand nombre d’implantations territoriales et d’emplois sont ainsi liquidés. Restructurations, concentrations de services, transferts de missions entre collectivités publiques sont relancés dans « Action publique 2022 ». Pour Solidaires au contraire, l’intérêt général doit prévaloir sur les intérêts particuliers et la logique de profit. Cela passe par le développement des services publics, afin de répondre aux besoins nouveaux, et des moyens budgé- taires et humains à la hauteur.
Des salarié-e-s sous rémunéré-e-s
Chômage et précarité entretenus par le gouvernement font pression sur le niveau des salaires. Dans le public comme dans le privé, les salaires sont bloqués. Pour les fonctionnaires : gel du point d’indice 2018, compensation inéquitable de la CSG et coup de frein au calendrier de déploiement de PPCR… que Solidaires avait en connaissance de cause refusé de signer car insuffisant sinon dé- savantageux sur bien des points (allongements des carrières entre autres) ! Or les fonctionnaires ont perdu 18,5% du pouvoir d’achat depuis 2000. A ce titre, Solidaires revendique l’attribution uniforme de 60 points d’indice, ainsi que la revalorisation du point d’indice. Pour Solidaires, il faut réduire les inégalités salariales F/H, entre les catégories C, B, et A, et entre les trois versants de la fonction publique (Etat/Territorial/Hospitalier).
La remise en cause des cadres de défense des salariés
Remise en cause des CAP dans le public, suppression des IRP -institutions représentatives du personnel- c’est-à-dire des comités d’entreprises, des délégations du personnel et du CHS-CT et remplacement par une instance unique : le CES , comité économique et social (à droits non constants !) dans le privé vont de pair avec la déré- gulation des droits sociaux. Une GRH sans entraves se développe dans le privé comme dans le public.
Non au dogme libéral de la réduction des dépenses publiques
Il mène les services publics et la fonction publique dans le mur au détriment de la cohésion sociale. L’orientation fiscale du gouvernement est en fait d’alléger drastiquement l’imposition de la finance par les niches fiscales avec la multiplicité de dispositifs dérogatoires d’optimisation fiscale, la baisse de l’IS (Impôt sur les Sociétés) à 25%, la baisse de l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune) réduit à un impôt sur l’immobilier par l ‘exonération des valeurs financières, le plafonnement de la taxation des revenus de capitaux mobiliers par un prélè- vement libératoire à 30 %, bien en dessous des tranches supérieures de l’impôt sur le revenu. Pour couronner le tout, pas de moyens suffisants contre la fraude fiscale, qui est surtout le fait des grandes entreprises et riches particuliers, et coûte 80 milliards d’€ à l’Etat chaque année ni la fraude sociale des entreprises 65 milliards d’€. Ainsi, le déficit budgétaire est en ré- alité construit par le gouvernement! Pour Solidaires, il faut mettre en place une réforme fiscale juste et redistributive. Solidaires revendique le renforcement des services publics et de la fonction publique car ils contribuent à mieux répartir les richesses et à rétablir la cohésion sociale de notre société fracturée
Convergence Public / Privé : encore et toujours !
Le 10 octobre
TOUS ET TOUTES
EN GREVE ET DANS LA RUE
A Nîmes Manifestation RDV 15h Maison Carrée
 

mardi 11 juillet 2017

Apéro-discussion-videos du mardi 18 juillet 19h Nîmes : contre les ordonnances Macron, Informer et Lutter

Bonjour à tous et toutes,




​Le Syndicat SUD Santé Sociaux Gard-Lozère et l'UNIRS 30 - Solidaires  vous invitent à un apéro discussion et projection de videos le mardi 18 juillet 2017 à partir de 19h dans les Locaux de Solidaires 30, 6 rue Porte d'Alès à Nîmes.
On vous propose un moment convivial et militant pour les adhérent-e-s et sympathisant-e-s.

Au Programme :
- information et décryptage du projet d'ordonnances de Macron et de son gouvernement ( et au delà son projet de casse de la Sécu, Lois liberticides  etc...) avec projection de vidéos .

- et aussi préparation de la mobilisation pour la rentrée.
Nous vous préparons aussi un petit dossier d'information et des tracts pour mobiliser que vous pourrez partager autour de vous.
Nous espérons que vous serez nombreux et nombreuses malgré la période des vacances scolaires.
Les rafraîchissements et le grignotage seront au rendez-vous, on s'y colle mais si vous voulez participer n'hésitez pas

samedi 17 juin 2017